Comment fixer son TJM ?

Un site pour les développeurs, par un développeur

Comment fixer son TJM ?

Argent

Une des questions primordiales à se poser quand on devient freelance, c’est comment fixer son tarif, ou son TJM. Abordons ici les notions qui permettent de comprendre comment ce tarif fonctionne, et comment le définir.

C’est quoi le TJM ?

Le TJM c’est un terme qui parle forcément à ceux qui ont déjà travaillé en ESN, mais pas nécessairement aux autres développeurs.

Le TJM, pour Taux Journalier Moyen, est le prix que vous allez facturer à votre client sur une base journalière. C’est à dire, si vous travaillez pour ce même client 20 jours dans le mois, votre facture affichera 20xTJM. Ce total est votre revenu brut.

Bon ok, comment le fixer alors ?

Et bien il y a plusieurs paramètres à prendre en compte, et on retrouve principalement :

  • Les technos sur lesquelles vous travaillez ;
  • Votre niveau d’expérience ;
  • Votre situation géographique.

Rentrons un peu plus en détails :

Les technos

Il est évident que plus une techno est recherchée, plus les entreprises sont prêtes à payer cher pour avoir un développeur la maitrisant, et plus vous pourrez monter votre TJM. Exemple concret :

En 2017, à Paris, le TJM pour un développeur PHP s’élevait à 381 €, alors que pour un développeur iOS, il était de 428 €.

Cela vient du fait que les développeurs PHP sont bien plus nombreux que les développeurs iOS, et ce même si la demande en PHP reste plus forte. C’est une techo trop courante pour être vendue cher (encore que cela dépende d’autres facteurs, comme les frameworks demandés).

La demande suit les technos à la mode, et c’est celles-ci qui deviennent donc cher. Aujourd’hui, les frameworks JS ont le vent en poupe, le TJM peut facilement monter si par exemple vous avez 3 années d’expérience avec React.

Mais je ferai un article qui sera uniquement consacrées aux technos.

Votre niveau d’expérience

De même, une entreprise ne sera pas prête à payer un développeur junior aussi cher qu’un développeur sénior.

Le niveau de séniorité se définit plus ou moins de la façon suivante :

  • Un développeur junior aura moins de 2 ans d’expérience ;
  • Un développeur confirmé aura entre 3 et 5 ans d’expérience (on trouve parfois 6 ou 7) ;
  • Un développeur sénior aura en général entre 5 et 10 ans d’expérience.

Toujours sur notre exemple, pour un développeur iOS sur Paris, le tarif d’un junior est de 287 € pour un débutant, contre 541 € pour un développeur sénior (oui oui, presque le double !!).

Votre expérience a donc une importance fondamentale concernant votre TJM. Mais elle aura aussi une importance sur la façon dont vous allez gérer vos projets et vos relations avec les clients.

Mon conseil : ayez au moins deux ou trois ans d’expérience professionnelle avant de vous lancer.

votre situation géographique

Les tarifs que j’ai mentionnés sont parisiens. Et encore, honnêtement, ils sont un peu faibles comparés à la réalité du marché en 2019. Mais sachez que les TJM parisiens sont supérieurs de 10 à 30% de ce qui se pratique en province.

La cause ? Beaucoup de demande, et un coût de vie bien plus élevé.

Exemple : comme je l’ai dit plus haut, le TJM pour un développeur PHP s’élevait à 381 € À Paris en 2017. Comparativement, à Lille il était de 332 €. L’écart se creuse évidemment avec les années d’expériences. À Lille, un développeur PHP sénior était payé 393 €, contre 477 € à Paris. Je vous laisse multiplier ces TJM par le nombre de jours travaillés sur une année…

Le bon plan est de trouver une mission en télétravail pour une boite parisienne, appliquant des tarifs parisiens, tout en vivant en province 😉


Voilà pour les principaux éléments devant vous aider à définir votre TJM. Il existe également d’autres facteurs, que je vais mentionner rapidement :

Votre statut juridique

En effet, si vous êtes en EI ou en micro-entreprise, les charges ne sont pas les mêmes, et cela peut jouer sur votre TJM. Mais je ne recommande pas de brider son taux parce qu’on a moins de charges : on apporte la même valeur, on devrait donc avoir le même coût.

Les plafonds à ne pas dépasser

Comme vous le savez probablement, en micro-entreprise il y a un plafond annuel à ne pas dépasser deux années consécutives pour garder ce statut. Il est de 70 000 € annuels. Si vous vous approchez dangereusement de ce seuil mais que vous voulez garder votre statut juridique, vous pouvez jouer sur votre TJM

Votre client/projet

Si un projet vous intéresse beaucoup mais si vous êtes trop cher pour le client, ou si vous connaissez bien le client et voulez lui faire un prix, il est évidemment envisageable de réduire votre TJM. Attention toujours, ne vous bradez pas trop, sinon on usera de votre gentillesse ! N’oubliez pas que vous avez des charges, une RC Pro à payer, pas de congés payés, etc.


Avec toutes ces infos, je pense que vous aurez une idée un peu plus précise de la façon dont définir votre TJM. Alors je sais, je n’ai pas donné de vrais chiffres, mais il y a tellement de cas de figure que ce n’est pas possible de donner d’estimation pour chaque cas. Je vous laisse donc la liberté de chercher sur votre moteur de recherche préféré, de regarder sur les plateformes de freelancing ou même de vous rapprocher de freelances.

Source pour les chiffres : Étude Malt sur le freelancing.

[mc4wp_form id= »21″]

Tags: , , , , ,

Une réponse

  1. […] répondre à cette question ? Donnez votre TJM que vous aurez déjà défini. Si le client demande s’il est possible de le négocier, c’est à vous de décider. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.