Accepter une mission sans maitriser la techno

Un site pour les développeurs, par un développeur

Accepter une mission sans maitriser la techno

Imposteur

Autrement dit, comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Dans votre vie de freelance, vous allez recevoir des propositions de mission sur des technos que vous ne maitrisez pas.

Par exemple, je suis développeur fullstack JS, et je reçois régulièrement des missions pour du Java, ou des frameworks que je ne maitrise pas.

La question est : est-ce pour autant que vous devez refuser ? Cette décision vous appartient évidemment, mais je vous conseille d’y réfléchir à deux fois avant de dire non.

Pourquoi hésiter ?

Pour plusieurs raisons. Déjà, si le besoin d’argent se faire ressentir. Et ça risque d’arriver si vous êtes trop difficile sur le choix des missions. Croyez-moi, je suis passé par là.

Ensuite, par goût du challenge, pour sortir de sa zone de confort. Certains, comme moi, aiment (voire ont besoin), de défis pour continuer à aimer ce qu’ils font (du dév, pour le coup). Ils ne se complaisent pas dans le confort quotidien et ont besoin de se challenger.

Pour avoir des contacts. Parce que le client qui vous propose cette mission est un gros client et que vous savez qu’en acceptant, vous aurez ensuite beaucoup plus de visibilité.

Enfin, par envie d’apprendre une nouvelle techno. Imaginons que vous ayez envie de vous mettre à Vue.js, mais vous n’avez jamais eu le temps de le faire. On vous propose une mission pour du Vue.js, alors pourquoi pas accepter ? Par peur du syndrome de l’imposteur ?

Vaincre le syndrome de l’imposteur

Commençons par définir ce qu’est le syndrome de l’imposteur. Voilà une définition assez claire que j’ai trouvée sur Wikipédia :

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur, appelé aussi syndrome de l’autodidacte, expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel.

Il faut accepter le fait que, même si vous n’avez que peu ou pas d’expérience dans cette techno, vous avez les capacités de le faire. Même si vous êtes spécialisé dans un langage, vous maitrisez probablement plusieurs frameworks ou librairies, non ? Vous avez bien dû les apprendre pour les appliquer, vous les avez même sûrement appliqués pendant que vous les appreniez.

Ce n’est pas parce que vous travaillez pour quelqu’un d’autre et que vous êtes payé pour que vous ne pouvez pas faire la même chose. Il faut avoir confiance en vous et comprendre que ça ne change presque rien.

Pour l’anecdote, mon premier CDI était dans une agence digitale, et un des trois directeurs m’a dit, qu’alors que la boite se lançait à peine et que les besoins financiers se faisaient ressentir :

Tu sais, j’ai accepté un projet au forfait pour créer une app iOS pour un client sans avoir jamais écrit une seul ligne d’Objective-C, pourtant j’y suis arrivé.

Il n’était pas meilleur que vous ou moi, croyez-moi.

Que dire au client ?

À cette question, je répondrais « rien ». Mais c’est à vous de voir. Si c’est un client que vous connaissez, ou que vous êtes sûr qu’il signera, vous pouvez vous permettre de lui dire que vous n’êtes pas un pro sur cette techno, tout en précisant que vous y mettre n’est pas un soucis et que vous la maitriserez facilement.

Personnellement, je ne dirais rien car, il faut l’avouer, ça ferait fuir une bonne partie des clients. Ils n’ont pas envie que leur produit soit bâclé ou que le temps/budget explose par manque de connaissances.

Par contre, pour éviter que ça soit le cas, il faudra être très consciencieux.

Comment gérer la surcharge de travail (et donc le stress)

Évidemment, la charge de travail sera plus importante car il faudra gérer votre montée en compétence. Faites votre estimation comme vous la feriez pour une techno que vous maitrisez (c’est à dire, une estimation classique plus 50% :p), puis augmentez encore votre estimation de 30% à 50%.

Évidemment, ne dites pas à votre client que, si vous lui facturez 15 jours, c’est parce que vous comptez 5 jours de montée en compétence.

Et si le client se rend compte que vous augmentez délibérément la charge de travail, vous pouvez négocier avec lui, mais prévoyez quand même une estimation plus haute que d’habitude. Sinon vous allez vous sentir débordé ou devoir travailler 12h par jour. Ce qui veut dire plus de stress et un travail mal réalisé.

Aussi, travaillez efficacement. Utilisez des astuces pour être organisé, trouvez les bonnes sources d’information pour apprendre la nouvelle techno, et ne vous précipitez pas. Cela semble paradoxal, mais plus vous prendrez le temps d’apprendre, plus rapidement vous mettrez en oeuvre vos nouvelles compétences.

Conclusion

En conclusion, ce n’est pas gênant d’accepter une mission pour laquelle vous n’avez pas d’expertise. La notion d’expertise est subjective. Accepter ce genre de mission sera peut-être même obligatoire si vous êtes en difficulté financière.

Lorsque je travaillais en ESN, ma toute première mission a été de travailler sur du React pour un GROS client, moi qui m’étais arrêté à du jQuery niveau JS et qui n’avais jamais touché à aucun framework. Ça s’est très bien passé, ils voulaient même prolonger ma mission.

Le gros du travail à faire est sur vous, pour casser ce sentiment d’imposteur, que j’ai vécu plusieurs fois.

Prenez confiance en vous, ça va le faire 😉

[mc4wp_form id= »21″]

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.